pourquoi nous serons en grève le 18 mars

jeudi 13 mars 2008
par  DERCOURT ALAIN
popularité : 29%

Intersyndicale Education CGT- FO- FSU -SNETAA - SUD Education- SUNDEP

CONTRE LA CASSE DU SERVICE PUBLIC D’EDUCATION

Le ministère de l’Education Nationale a annoncé la suppression de 687 postes d’enseignants dans l’académie de Lille, qui détient depuis plusieurs années le triste record des suppressions au niveau national (11 200 à la rentrée 2008).

Dans les collèges et lycées, l’argument douteux de la baisse démographique masque mal les choix politiques de réduction des budgets consacrés aux services publics. A la rentrée 2008 , cela signifie à nouveau moins de professeurs dans les écoles, les collèges et les lycées, moins de surveillants, moins de personnels d’encadrement , moins de personnels administratifs , moins d’adultes qualifiés.

Qui peut croire que cela ne se fait pas sur le dos des élèves ?

Moins de professeurs, cela signifie plus d’élèves par classe, moins d’heures de travail en groupe, moins de soutien , moins de possibilités de réussite… moins de choix dans les options , obligatoires ou facultatives…moins de places pour les doublants de Terminale…moins de places pour la seconde de son choix (à la rentrée 2007 , ce sont près de 2500 élèves du Nord/Pas-de-Calais qui n’ont pas pu faire leur rentrée dans l’enseignement public , faute de places !)…des filières technologiques et professionnelles supprimées alors même qu’elles sont porteuses de réussite !

Dans les écoles, malgré l’augmentation du nombre d’élèves, aucune création de poste n’est prévue. Cela aura pour conséquences de nombreuses fermetures de classes et l’affaiblissement programmé de la scolarisation en maternelle.

A cela s’ajoute le nombre insuffisant de remplaçants : 17 299 journées non remplacées l’an dernier !

Défendre le Service Public d’Education, c’est aussi respecter les personnels qui voient leur métier remis en cause par le rapport de la commission Pochard (février 2008) : il confirme les orientations dévoilées depuis des années : concurrence entre les établissements, multiplication des missions, enseignement de plusieurs matières dans le second degré, annualisation du temps de travail, renforcement de la hiérarchie, remise en cause des concours nationaux et recrutement académique, rémunération au « mérite », etc.).

Dans l’Arrageois, les conséquences des restrictions budgétaires se font sentir de façon concrète : Dans le primaire, les moyens attribués au réseau d’éducation prioritaire diminuent.
Malgré les discours démagogiques sur le « service minimum », le problème des remplacements s’aggrave par manque de personnels. Les suppressions de classes, elles, ne seront connues –quelle coïncidence !- qu’au lendemain du second tour des Municipales.

Dans les collèges et les lycées de l’Arrageois, ce sont plus de 40 professeurs qui ne seront pas dans les classes à la rentrée 2008 (-8 postes à Guy Mollet, -8 à Carnot, -8 à Robespierre, - 2 à Gambetta, -6 à J.Ferry, -1,5 à Savary, -1 à Le Caron, - 2 à Péguy, -2 à Vitry, -1 à Bapaume, …etc.).

Pour les élèves, cela signifie : des classes plus chargées, des suppressions de 1ères d’adaptation et de classes de BTS, des suppressions de dédoublements en langues ou en travaux pratiques, moins de soutien et d’aide, de futurs élèves de seconde et de futurs doublants de Terminale refusés dans les lycées de l’Arrageois…

Dans le même temps les heures supplémentaires, qui nuisent forcément à la qualité de l’enseignement, augmentent !
De nouveau, l’enseignement industriel, voie de réussite pour de nombreux élèves, est gravement attaqué : au Lycée Carnot, la 1èred’adaptation en systèmes motorisés et la 1ère d’adaptation en électronique sont supprimées alors qu’elles ont fait leurs preuves pour les élèves !

Les effectifs en sections de BTS électrotechnique sont diminués de moitié alors que les demandes sont là ! Cela est inadmissible !

A cela s’ajoute la « réforme » du bac professionnel en trois ans (suppression des BEP) risque d’exclure du système scolaire les élèves en difficulté. Là encore, sous couvert de « réforme », le ministère applique une logique de restriction destinée à supprimer 25% des moyens de formation dans les lycées professionnels.

Dans l’Arrageois, comme dans tout le Nord/Pas-de-Calais, nous voulons assurer la réussite de nos élèves et les amener au meilleur niveau de qualification.

C’est pourquoi, nous exigeons :

- le maintien des emplois dans l’Éducation Nationale (recrutement de personnels statutaires, diminution des heures supplémentaires et arrêt du recours aux personnels précaires).

- le retrait de la « réforme « du bac pro en 3 ans, le maintien des 3 voies de formation après le collège et la création de passerelles entre tous les niveaux actuels.

C’est pourquoi nous serons en grève le 18 mars

ARRAS : Assemblée générale des personnels :
10h30 à la Maison des sociétés (rue A. Briand)

LILLE : Manifestation académique (14h Porte de Paris)


Contact

Section Départementale du Pas de Calais de la Fédération Syndicale Unitaire
FSU 62


Maison des sociétés

16 rue Aristide Briand

62 000 Arras


Tél-Fax : 03.21.71.14.89
Mél : fsu62@fsu.fr

Secrétaire départementale : Catherine Piecuch

contact presse FSU 62 : 06.63.10.79.13
mél : fsu62@fsu.fr ou fsu62@wanadoo.fr

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois